Quels sont les risques des Sociétés Civiles de Placement Immobilier ?

La Société civile de placement ou SCPI permettra à un investisseur de réaliser un investissement en immobilier. Elle est effectivement gérée par une société de gestion, notamment par une autorité des marchés financiers ou AMF, permettant d’avoir une transparence remarquable. En effet, cette société de gestion pourrait collecter des fonds auprès des investisseurs, d’où elle gérera les divers biens composant les actifs et aussi acquerra de nouveaux immobiliers. Pourtant, les SCPI pourraient subir à des risques lors de l’investissement. Ainsi, les risques SCPI sont les suivants :

Risque de baisse du prix de la part

L’un des risques SCPI est la baisse de prix de la part, qui est due à plusieurs variables, notamment les fluctuations du marché, qui est une conjoncture immobilière. La santé financière des SCPI est profondément liée à cette fluctuation, car il se pourrait qu’il y ait une hausse ou une baisse de prix, et rendant par conséquent une baisse de prix de leur part. Toutefois, cette baisse de prix ne permet pas de garantir entièrement le capital investi au départ. En outre, si la durée de placement atteint au moins une dizaine d’années, l’hypothèse posée sur la moins-value restera faible.

Risque de diminution des loyers des SCPI

En effet, les SCPI pourraient se soumettre à une diminution des loyers, c’est-à-dire que les revenus locatifs seraient en baisse, ce sont les loyers qui seront versés par les locataires. Par conséquent, ceci diminuera ainsi le taux d’occupation financier. À travers la mutualisation du risque des SCPI, la société de gestion pourrait intervenir tout en empêchant la baisse de rendement, à partir de la gestion des immobilisations actives.

Risque de défaillance de la SCPI / Risques pour les investisseurs

Le risque de défaillance est aussi l’un des principaux risques SCPI. En cas de défaillance du gérant, il y aurait donc un transfert de la responsabilité de gestion des SCPI vers une certaine structure accordée par l’AMF. Et par contre, s’il y avait une difficulté, cette gestion ne sera pas touchée. Mais avant de prendre en main la gestion d’une SCPI, il faudrait que la société de gestion ait la permission de l’AMF.

Pour les investisseurs, ils devraient prendre en compte de certains éléments essentiels avant d’investir. Concernant la responsabilité des investisseurs, vu que les associés ont une entière obligation, cette dernière serait limitée dans le capital de la SCPI au somme de leur apport. Et pour la responsabilité du conseil de surveillance, les conditions sont difficiles à fournir, et le risque lié au SCPI correspond au placement immobilier.

Crowdfunding immobilier : quel suivi pour les investissements ?
Tendance : investir dans l’immobilier senior ou étudiant